Dans les coulisses de la préparation du Festival International de Musique Universitaire (FIMU)

Le Festival International de Musique Universitaire (FIMU) connaîtra bel et bien sa 34e édition cette année. Belfort accueillera au moins 80 groupes et 800 musiciens provenant de 25 différents pays. C’est un véritable branle-bas de combat sur le site du festival, uniquement quelques jours avant l’ouverture.

Des contingences d’organisation

Quatre jours durant, Belfort vivra au rythme de jeunes artistes venus démontrer leur talent à une scène en soif de divertissement. Cette 34e édition est d’autant plus délicate dans ce contexte de pandémie. En effet, annulée en 2020, elle a connu un report de sa date en début d’année. À cause des nombreuses incertitudes concernant la tenue du FIMU, les préparatifs ont réellement démarré courant juin. D’ordinaire, ces préparatifs prennent 9 mois à une année. C’est donc un grand défi, ayant autant rapport à l’ingénierie que la logistique.

Accueillir les 25000 festivaliers attendus et implanter la scène de 36 min 2 s, en plus des échafaudages, sont un énorme challenge pour la centaine de bénévoles. Mis à part l’ingénierie pour la transformation du site en véritable scène, il y a tout un volet de gestion de planning et d’équipe à assurer. 

Pour satisfaire les exigences strictes du directeur du festival et garantir son franc succès, l’équipe aura également à trouver des prestataires supplémentaires pour la technique. De partout, on s’active pour permettre à Flavia Coelho, la marraine de cette édition, de procéder à la cérémonie d’ouverture du festival sans connaître de nouveau report dû à la logistique.

Dans le cadre du FIMU, il sera également créé un village pour l’accueil des différentes associations d’étudiants. Par exemple, une association d’étudiants ostéopathes s’est annoncée pour proposer aux participants des massages. 

Des musiciens impatients

Le calme et la sérénité des musiciens tranchent avec l’effervescence observée en coulisse. On note plutôt du bonheur et de la motivation à remonter sur scène. Depuis novembre 2019, c’est la grande occasion pour quelque 40 musiciens de remonter sur scène et défendre leur répertoire. 

Le festival est également une grande opportunité pour les musiciens débutants d’avoir une meilleure visibilité en présentant devant un grand public. C’est un grand défi pour les bandes et chanteurs solo en quête de notoriété, car un festival réussi pourrait lancer leur carrière.

Toutefois, derrière ce calme et cette sérénité se cache une pointe de stress. En effet, au-delà de l’excitation, un sentiment de pression se laisse transparaître à travers les répétitions quasi quotidiennes des artistes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.