Musique 

Les plus grands compositeurs de musique classique

La période classique s’étend de la deuxième moitié du XVIIe siècle aux premières années du XIXe siècle. Trait d’union entre les périodes baroque et romantique, elle représente l’âge d’or de la musique instrumentale. En effet, la musique classique est à la recherche constante de la perfection du langage et des formes musicales. Elle recherche l’équilibre au niveau de la mélodie, du rythme et des harmonies. À cette époque, les compositeurs insistaient sur l’élégance, la rigueur et la légèreté. Plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs marqué de leurs empreintes, l’histoire de la musique en générale. Découvrez donc ces grands compositeurs. Focus !

Gluck

Né en 1714 en Bavière, Gluck est principalement compositeur d’opéras. Il s’intéressa à la musique dès son jeune âge. À 16 ans, il quitte la maison de son père du fait de l’opposition de ce dernier à sa passion. En 1737, il rencontra le prince Melzi qui l’emmena en Italie où il apprit la musique auprès de Sammartini.

Il composa ses 10 premiers opéras de 1741 à 1745. Le premier d’entre eux intitulé Artaxerxès fut joué le 26 décembre 1741 à Milan. À partir de 1745, il entreprend des tournées européennes passant ainsi par Londres, Hambourg, Prague, Copenhague, etc.

En 1752, il s’installa définitivement à Vienne, ville où il obtint le soutien de nombreux mécènes. Ensemble avec Ranieri Calzabigi, il décida de procéder à une réforme de l’opéra italien. Ils créèrent donc en 1762 Orphée et Eurydice. Ils rééditèrent l’opération 5 ans plus tard en créant Alceste.

Gluck créa également les opéras Iphigénie en Aulide, Iphigénie en Tauride, Armide et la rencontre imprévue. Il arrêta sa carrière et se retira à Vienne après l’échec d’Écho et Narcisse, son dernier opéra. Il meurt en 1787.

Haydn

Considéré comme le père de la symphonie et du quatuor, Joseph Haydn naquit en 1732 Rohrau à l’Est de Vienne. À 6 ans, il devint enfant de chœur et apprit à jouer divers instruments et à chanter. De 1740 à 1749, il est membre de la maîtrise de la cathédrale Saint-Étienne de la ville de Vienne.

Après que sa voix eut changé à 17 ans, il fut renvoyé de la maîtrise. Il survit en jouant du violon et en donnant des leçons de part et d’autre. Grâce au compositeur Popora dont il fut l’élève et le secrétaire, il s’introduit dans les milieux aristocratiques.

1757 fut l’année de la composition des premiers quatuors à corde de Haydn. Ses premières symphonies virent le jour en 1758. De 1761 à 1790, il se mit au service de la famille Esterhazy. Disposant d’un orchestre, il eut l’occasion d’expérimenter tout ce qu’il désirait. C’est alors qu’il créa les symphonies n° 6 – le matin, n° 7 – le midi et n° 8 – le soir.

Il est l’auteur des symphonies Sturn and drang :

  • Funèbre 
  • Les adieux.

Il créa également les symphonies parisiennes :

  • L’ours 
  • La poule 
  • La reine de France.

Il fit aussi les oratorios tels que :

  • La création 
  • Les saisons 
  • Les 7 dernières paroles du Christ.

Le monde lui doit aussi les 6 quatuors à corde op76 parmi lesquels il y a :

  • Les quintes
  • L’empereur
  • Lever de soleil

Haydn se retrouva très affaibli à partir de 1804. Il cessa donc de composer et se réfugia dans sa maison de Gumpendorf qu’il ne quitta presque plus. Il mourut donc dans la banlieue de Vienne en 1809.

Mozart

Wolfgang Amadeus Mozart est né d’un père compositeur violoniste le 27 janvier 1756. Très tôt, ses talents d’enfant prodige se révélèrent. À 5 ans, il composait déjà ses premiers menuets. 

En 1762, Mozart et sa sœur aînée, également enfant prodige furent présentés à la cour du prince électeur de Bavière à Munich. Cette même année, ils se rendirent à la cour impériale de Vienne où ils rencontrèrent Marie-Antoinette. La future reine de France n’avait encore que 7 ans.

La famille Mozart partit en tournée aux quatre coins de l’Europe en 1763. Ils allèrent à Paris, à Londres, en Hollande, à Salzbourg, à Munich, en Suisse, etc.

En 1769, Mozart père entreprit avec sa famille un voyage en Italie. Ils visitèrent Vérone, Rome, Mantoue, Florence, Bologne, Milan puis revinrent à Salzbourg en 1771. Lors de ce voyage, Mozart écrivit la partition du Miserere d’Allegri. Ce qui lui vaut d’être fait chevalier par le pape d’antan.

Au début de sa carrière, Mozart connu plusieurs succès dont :

  • son opéra Idoménée, roi de crête ;
  • l’enlèvement au sérail, opéra comique allemand.

La rencontre entre Mozart et Lorenzo da ponte, poète et librettiste donnant naissance à trois immortels opéras :

  • Don Giovanni ;
  • les noces de figaro ;
  • Cosi fan tutte.

Il a créé :

  • l’opéra la Flûte enchantée ;
  • l’opéra la clémence de Titus ;

Le monde lui doit les symphonies religieuses comme :

  • la messe du couronnement K317 ;
  • Grande messe en Ut K427 ;
  • Requiem K626 ;
  • Kyrie K341.

Il créa également des sérénades :

  • sérénade nocturne K239 ;
  • Gran Partita K361 ;
  • Petite musique de nuit K525.

Mozart mourut très jeune le 5 décembre 1791. Il avait moins de 36 ans.

Beethoven

Né à Bonn, Allemagne, le 16 décembre 1770, Beethoven est membre d’une famille de musiciens. Très tôt, son père le mit à la musique. À 8 ans, il le faisait déjà se produire sur la scène de Cologne et à 11 ans, il partait déjà en tournée en Hollande.

En 1783, alors âgé de 11 ans, Ludwig van Beethoven publiait ses premières œuvres. Tout le long de sa vie, il publia des œuvres à succès et même quand la surdité s’était emparée de lui.

En effet, Beethoven représente un pont entre la période classique et le début du romantisme. Il incarna avec perfection tous les genres de prédilection de l’époque. Il s’agit notamment du quatuor, de la symphonie, du concerto, de la sonate. Il fut l’un des premiers artistes musiciens totalement libre d’écrire ce qu’il voulait quand il le désirait.

La mort de Beethoven survint le 26 mars 1827. Mais avant de passer de vie à trépas, il composa ses plus grandes œuvres.

Il laissa en héritage au monde des concertos dont :

  • concerto pour violon ;
  • Triple concerto pour violon piano et violoncelle.

Il composa les 9 symphonies parmi lesquelles :

  • ode à la joie ;
  • eroica ;
  • apothéose de la danse.

Il fit 32 sonates dont :

  • les variations Diabelli ;
  • la tempête ;
  • appasionata.

Hormis ces grands noms, d’autres musiciens marquèrent aussi la musique classique. Il s’agit particulièrement de François André Philidor, Pierre Alexandre Monsigny, André Getry, Fernando Sor Jan Ladislav Dussek, etc.

Articles relatifs

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.